La découvrabilité d’un contenu dans l’environnement numérique se réfère à la fois à sa disponibilité en ligne et à sa capacité à être repéré parmi un vaste ensemble d’autres contenus, notamment par une personne qui n’en faisait pas précisément la recherche. La migration vers le numérique des pratiques de création, de production, de diffusion et de consommation de la culture est venue interroger les dispositions législatives et réglementaires ainsi que les mesures de soutien traditionnelles mises en place par les pouvoirs publics pour favoriser le développement et la diffusion de l’expression culturelle locale. Du côté du Québec, depuis 2018, de nombreux travaux sont menés à ce sujet.

Récemment, le ministère de la Culture et des Communications du Québec et le Ministère de la Culture de France ont coproduit un rapport sur la Découvrabilité des contenus culturels (télécharger), qui, contrairement aux derniers travaux que nous avions pu repéré en France, parle des arts vivants. Il est vrai que les secteurs audiovisuels, de la musique enregistré ou du livre ont investi la question un peu plus tôt, étant historiquement concernés par la dématérialisation de l’offre.

Par ailleurs, notons que la Réunion des Opéras de France est lauréat de l’appel à projet Service Numérique Culturel Innovant du Ministère de la Culture avec son projet Découvrabilité Opéras !

A suivre donc.

Pour aller plus loin, voici quelques références complémentaires :

http://www.tmnlab.com/wp-content/uploads/2021/01/Capture-décran-2021-01-11-à-22.09.37.pnghttp://www.tmnlab.com/wp-content/uploads/2021/01/Capture-décran-2021-01-11-à-22.09.37-150x150.pngAnne Le GallPublicationsDécouvrabilité,Open dataLa découvrabilité d’un contenu dans l’environnement numérique se réfère à la fois à sa disponibilité en ligne et à sa capacité à être repéré parmi un vaste ensemble d’autres contenus, notamment par une personne qui n’en faisait pas précisément la recherche. La migration vers le numérique des pratiques de...le laboratoire Théâtres & Médiations Numériques